Les complications d'extraction dentaire

I Introduction


IIndication de l'extraction et justifié, l'intervention chirurgicale peut être réalisée dans de bonnes conditions pour le patient et lepraticien, car il peut entraîner des difficultés post-opératoire,parfois sévères, ce qui pourrait laisser un mauvais souvenir et lepatient le praticien.

Notre objectif est:
 Pour évaluer les complications per-et postopératoire.
 Pour clarifier les séquelles thérapeutiques et possible.



II Les complications immédiates ou per-opératoire


II.A. Les complications muqueuses


La muqueuse peut être blessé pendant le temps d'extractiondifférents, nous pouvons assister à une crevaison, le larmoiement et de broyage après un instrument dérappage causés par:
• Conditions difficiles anatomo-physiologique (Lob ou le tétanos).
• Les mouvements et les réactions incontrôlées du patient.
 Une utilisation mauvaire intruments: le manque de points d'appui.
• Blessures dues à la traction sur la commissure labiale lèvresétendu à l'aide de l'entretoise, ou une utilisation prolongée des instruments rotatifs.


II.B. Complications dentaires


II.B.a. Fracture de la dent à extraire


Fait suite à :
• Un défaut de luxation de la dent.
• Dent ankylosée.
• Couronne fragilisée par la carie ou par un volumineux amalgame.


1 Cliniquement


Le fragement mobile est sus- ou sous-gingival


2 Conduite à tenir


Continuer prudemment l'extraction ou alvéoloctomie



II.B.b. Fracture de l'apex


Plus fréquente, lors dextraction d’une dent très anciennement dépulpée du fait de l’ankylose, ou en présence d’apex particulièrement rétentif (apex coudé, racines divergentes)
• Conduite à tenir


• Vérifier l'intégrité des racines après toute extraction
• Rincez l'alvéole
• Si l'apex est facilement accessible et mobile, il sera extrait avec un instrument adéquat
• S'il est profondement enfoui et non mobile: abstention thérapeutique et reprendre l'extraction ultérieurement



II.B.c. Fracture et mobilisation de la dent adjacente


Fait suite d'une manœuvre mal adaptée lors de l'extraction, sa couronne peut se fracturer, une reconstitution peut être lésées
• Conduite à tenir


• Bonne maitrise du geste opératoire
• Reconstitution de la dent fracturée



II.B.d. Fracture de la dent antagonsite


Due à mouvement du davier, ou à un mouvement d'extraction non-maitrisé
1 Cliniquement


Il s'agit le plus souvent d'une fracture du pont d'émail


2 Conduite à tenir


• Reconstitution
• Bonne prise du davier




II.C. Complications osseuses


II.C.a. Fracture des rebords alvéolaires


Il s'agit le plus souvent de fragments de parois alvéolaires fracturés, luxés, ils peuvent être important et atteindre les sections des dents voisines.

1 Étiologie


• Os fragilisé et déminéralisé (pathologie osseuse ou sujet âgé)
• Manœuvre de mobilisation trop violantes ou mal-orientées


2 Clinique


• Table osseuse interne et externe mobile
• Hémorragie


3 Conduite à tenir


Disséquer le fragment mobile, régulariser les bords alvéblaire et suturer.



II.C.b. Fracture de la tubérosité maxillaire


Duc à une trépanation osseuse insufissante ou mouvement dc luxation trop en arrière.

1 Clinique


• Hémorragie.
• Tubérosité mobile ou adhérente à la dent.


2 Conduite à tenir


Dissection prudente du fragment le retirer et suturer
Contrôler une CBS par test de VALSALVA



II.C.c. Fracture mandibulaire


Plus fréquente lors:
• d'extraction d'une dent incluse (inclusion basse)
• ostectomie excessive (dégagement osseux)
• mouvement de luxation mal controlé
• avulsion chez le vieillard
• en présence d'un volumineux kyste péricoronaire.


1 Clinique


Craquement: mobilité, hémorragie, trouble de l'articulé, douleurs et retard de la cicatrisation


2 Conduite à tenir


Toilette de l'alvéole, réduction du déplacement et contention



II.C.d. Luxation de l'A.T.M


Fait souvent suite à une ouverture buccale exagérée
Le traitement consiste à une réduction immédiate par la méthode de Nelaton.



II.D. Complication sinueuse


II.D.a. Ouverture du sinus


1 Étiologie


- Effondrement du plancher sinusien,
- Dent partielement intra-sinusienne (dents antrales),
- Curetage maladroit,
- Fracture de la tubérosité.


2 Clinique


• Hémorragie,
• Test de Valsalva positif.


3 Conduite à tenir


• Pas de manœuvre aveugle
• Fermeture immédiate du sinus s'il est sain,
• Traitement antibiotique,
• Surveillance de l'évolution.



II.D.b. Refoulement d'un apex ou de la dent


L'extraction d'une dent antrale peut se compliquer d'un progection d'une ou de la totalité de la dent vers le sinus

1 Étiologie


- Manœuvre complète,
- Tentative de récupération d'un fragment dentaire fracturé.


2 Clinique


Même tableau clinique, en plus disparition d'une partie ou de la totalité de la dent.


3 Conduite à tenir


Localiser le fragment par un bilan radiographique (rétromolaire, panoramique, blondeau), préscrire une ATBthérapie.
Ablation du fragment dans un délai de 8 jours.




II.E. Accidents nerveux


II.E.a. Nerf alvéolaire inférieur


1 Étiologie


- Une piqure lors de l'anesthésie
- Un traumatisme lors de la luxation
- Effraction du canal lors de la fragmentation de la dent
- Un œdème postopératoire source d'une compression
- Présence d'un fragment d'intrument fracturé et oublié à proximité du canal
- Une fracture de l'angle mandibulaire


2 Signe cliniques


Anesthésie partielle ou complète du territoire nerveux concerné
Des zones d'hypoanesthésie ou de paresthésie


3 Séquelles


- Des plais de la lèvre inférieure
- Brulures avec une cigarette
- Des difficultés d'élocution
- sensation de fourmillement et de brulures de la région sous-commissurale
- des algies continues, vives et irradiantes...



II.E.b. Nerf lingual


1 Étiologie


- Piqûre accidentelle lors de l'anesthésie,
- Syndesmotomie trop appuyée du côté linguale,
- Séquestectomie de la table interne,
- Voie d'abord linguale avec protection insuffisante du nerf.


2 Signes cliniques


- Anesthésie, hypoesthésie ou des paresthésie de l'hémi-langue concernée
- Déficit de la sesibilité gustative


3 Conséquences


Morsures du bord de la langue Parodontophatie et troubles de l'ATM du côté atteint



II.E.c. Nerf mentonnier


1 Étiologie


Piqûre de l'aiguille Dérapage d'instruments Incision muqueuse mal controlée


2 Signe cliniques


Troubles sensitives au niveau du menton, et de la lèvre inférieure



II.E.d. Traitement des lésions nerveuses


- Vitaminothérapie B
- Corticothérapie
- Électrothérapie
En cas d'échec et de résistance: Tégrétol, Rivotril.



II.F. Les complications hémorragique


• L'hémorragie vasculaire


1 Au maxillaire


1 Artère dentaire postérieure


Due à une incision profonde, ou a un dégagement postérieur mutilant.


2 Artère tubérositaire


Fait suite parfois à une fracture de la tubérosité.


3 Artère buccale


Suite à un dérapage en arrière des instruments.


4 Artère palatine descedante et l'artère naso-palatine


Voie d'abord palatine.



2 À la mandibule


• Artère alvéolaire inférieure


Fait suite à :
• Une luxation mal adaptée
• Un traumatisme lors de l'anesthésie tronculaire



3 Clinique


Saignement par saccades, peut perdurer durant le reste du temps opératoire.


4 Conduite à tenir


- Enlevé le fragment osseux fracturé
- Repérer l'artériole et le clamper
- Suturer
- Assurer une compresion durable
- Électrocoagulation




II.G. Échec de l'extraction


Peut relevé de plusieurs éléments:
• Échec de l'anesthésie
• Erreur de dent
• Mauvaise tolérance du patient au geste
• Durée trop importante de l'intervention


• Conduite à tenir


• Arrêter le geste
• Prémédication
• Examen radiologique
• Reprendre l'extraction dans de meilleurs conditions



II.H. Cassure ou perte d'un bout d'instrument


En raison d'une erreur de manipulation (geste inapproprié ou tropbrutal)
 Gestion


Informer le patient de la chose, les conséquences possibles et la conduite thérapeutique Tentative de réparation si le fragment estdisponible.
Sinon, l'exploration radiographique pour localiser le fragmentfracturé et le reprendre plus tard.



II.I. Complications exceptionnelles


II.I.a. Projection d'une dent supérieure dans la joue


Fait suite à une luxation antérieure brutale
On assiste à la disparition de la dent, elle expose au risque de cellulite


II.I.b. Projection de la dent de sagesse supérieure dans la fosse ptérygo-maxillaire


peu fréquente possibilité de survenue de complications
Partager cet article :

0 comments :

Post a Comment

 

Copyright © cours dentaire Design by O Pregador | Blogger Theme by Blogger Template de luxo | Powered by Blogger